Effets secondaires de la prednisolone - conséquences de la prise de glucocorticostéroïdes

La prednisolone appartient au groupe des médicaments hormonaux synthétiques utilisés pour éliminer les processus inflammatoires. Un médicament pharmacologique réduit rapidement la gravité des symptômes, accélère considérablement la récupération des patients. Mais avec une utilisation prolongée de fortes doses de glucocorticostéroïdes, les effets secondaires de la prednisolone se manifestent - augmentation de la pression artérielle, destruction du tissu osseux, gain de poids. Pour éviter le développement de telles conséquences négatives, toutes les recommandations médicales doivent être suivies, y compris une bonne nutrition pendant l'administration et le retrait du médicament.

Caractéristiques caractéristiques du médicament

Le cortex surrénal produit l'hormone hydrocortisone, qui régule le fonctionnement de nombreux systèmes de vie humains. La prednisone est un analogue artificiel de ce glucocorticostéroïde, le surpassant plusieurs fois en termes de force d'action. Une telle efficacité thérapeutique élevée a également un côté négatif, qui se traduit par la survenue de conséquences graves pour le corps du patient.

Les fabricants produisent le médicament sous diverses formes posologiques, chacune destinée à traiter une maladie spécifique. Dans les rayons des pharmacies, la prednisolone se présente sous la forme:

  • gouttes ophtalmiques à 0,5%;
  • solutions pour 30 mg / ml et 15 mg / ml utilisées pour l'administration intraveineuse, intramusculaire et intraarticulaire;
  • comprimés contenant 1 et 5 mg de substance active;
  • 0,5% pommade pour usage externe.

Avertissement: Le manque de surveillance médicale lors de la prise de Prednisone entraînera une carence en protéines dans la circulation systémique. Cela entraînera la production d'un excès de progestérone et la manifestation de ses propriétés toxiques..

Les endocrinologues, les ophtalmologistes, les allergologues et les neuropathologistes ne prescrivent des glucocorticostéroïdes que dans les cas où l'utilisation d'autres médicaments n'a pas donné les résultats requis. Pendant le traitement, les patients soumettent régulièrement des échantillons biologiques pour des tests de laboratoire. Si l'utilisation de la prednisolone a provoqué des changements négatifs dans le travail du système cardiovasculaire ou endocrinien, le médicament est arrêté ou les doses quotidiennes et uniques utilisées sont ajustées par le médecin traitant.

Action pharmacologique du médicament

Quelle que soit la méthode d'utilisation de la prednisone immédiatement après la pénétration de la substance active du médicament dans le corps humain, un puissant effet anti-inflammatoire se manifeste. Plusieurs mécanismes biochimiques sont impliqués dans son développement:

  • Le médicament supprime l'action d'une enzyme agissant comme catalyseur de réactions chimiques spécifiques. Leurs produits finaux sont des prostaglandines, synthétisées à partir d'acide arachidonique et liées à des médiateurs inflammatoires. Le blocage de la prednisolone phospholipase A2 se manifeste par le soulagement de la douleur, de l'enflure et de l'hyperémie;
  • Après qu'une protéine étrangère pénètre dans le corps humain, le système immunitaire est activé. Pour éliminer l'agent allergique, des globules blancs spéciaux sont produits, ainsi que des macrophages. Mais chez les patients atteints de maladies systémiques, le système immunitaire donne une réponse déformée, réagissant négativement aux propres protéines du corps. L'action de la prednisolone est d'inhiber l'accumulation de structures cellulaires qui provoquent l'apparition d'un processus inflammatoire dans les tissus;
  • La réponse du système immunitaire à l'introduction d'un agent de réaction allergique est la production d'immunoglobulines par les lymphocytes et les plasmocytes. Des récepteurs spécifiques se lient aux anticorps, ce qui conduit au développement d'une inflammation pour excréter les protéines étrangères du corps. L'utilisation de la prednisolone empêche le développement d'événements dans un tel scénario négatif pour les patients atteints de pathologies systémiques;
  • Les propriétés thérapeutiques des glucocorticostéroïdes comprennent l'immunosuppression ou une diminution de l'activité fonctionnelle du système immunitaire. Une telle condition artificielle provoquée par l'utilisation de la prednisone est nécessaire pour le traitement réussi des patients atteints de maladies systémiques - polyarthrite rhumatoïde, formes graves d'eczéma et de psoriasis.

Avec l'utilisation prolongée de toute forme posologique du médicament, l'eau et les ions sodium commencent à être absorbés intensément dans les tubules des reins. Le catabolisme des protéines augmente progressivement et des changements destructifs et dégénératifs se produisent dans le tissu osseux. Les effets négatifs du traitement à la prednisolone comprennent une augmentation du glucose dans le sang, étroitement associée à la redistribution des graisses dans le tissu sous-cutané. Tout cela entraîne une diminution de la production d'hormone surrénocorticotrope par l'hypophyse et, par conséquent, une diminution de l'activité fonctionnelle des glandes surrénales.

Avertissement: Pour la récupération complète du corps du patient après l'utilisation de la prednisolone, il faut souvent plusieurs mois, pendant lesquels les médecins prescrivent des médicaments supplémentaires et suivent un régime économe..

Quand un glucocorticostéroïde est nécessaire

Malgré les nombreux effets secondaires de la prednisolone pour la plupart des patients atteints de maladies systémiques, c'est le premier choix. La conséquence négative de son administration est la suppression de l'activité du système immunitaire, conduisant dans ce cas à une rémission prolongée de la pathologie. La prednisolone a une efficacité thérapeutique élevée dans le traitement des maladies suivantes:

  • choc anaphylactique, œdème de Quincke, œdème de Quincke, maladie sérique;
  • la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, l'arthrite psoriasique;
  • arthrite goutteuse aiguë, dermatomyosite, vascularite systémique, mésoartérite, périartérite noueuse;
  • pemphigus, lésions mycosiques de la peau, dermatite séborrhéique et exfoliative, dermatite bulleuse herpétiforme;
  • hémolyse, purpura thrombocytopénique idiopathique, anémie aplasique congénitale.

La prednisolone est incluse par les médecins dans les schémas thérapeutiques des néoplasmes malins, des hépatites chroniques de diverses étiologies, de la leucémie, de la méningite tuberculeuse. Le médicament est également utilisé pour prévenir le rejet de greffe par le système immunitaire..

Étant donné que l'agent hormonal n'est prescrit que pour le traitement de pathologies graves difficiles à traiter avec d'autres médicaments, il existe peu de contre-indications à son utilisation:

  • sensibilité individuelle à la substance principale et aux ingrédients auxiliaires;
  • infections causées par des champignons pathogènes.


La prednisone est prescrite uniquement dans des conditions mettant la vie en danger pour les patients présentant des lésions ulcéreuses du tractus gastro-intestinal, certaines pathologies endocriniennes, ainsi que pour les femmes enceintes et les femmes qui allaitent un bébé.

Effets secondaires du médicament

Dans le processus de recherche, une relation a été établie entre la prise de certaines doses de prednisone et le nombre d'effets secondaires qui se produisent. Le médicament, pris en petite dose pendant une longue période, a provoqué moins de conséquences négatives par rapport à l'utilisation de doses importantes pendant une courte période. Les patients ont été diagnostiqués avec les effets secondaires suivants de la prednisolone:

  • hirsutisme;
  • hypokaliémie, glucosurie, hyperglycémie;
  • impuissance;
  • dépression, confusion;
  • délires, hallucinations;
  • instabilité émotionnelle.

Un médicament bien sûr provoque souvent de la fatigue, de la faiblesse, de la somnolence ou de l'insomnie. Une diminution de l'activité fonctionnelle du système immunitaire entraîne des rechutes fréquentes de pathologies chroniques, des maladies infectieuses virales et bactériennes.

Recommandation: Les effets secondaires de la prednisone peuvent survenir en même temps, mais le plus souvent, ils se produisent progressivement. Cela doit être immédiatement signalé à votre médecin. Il comparera la gravité des effets secondaires avec la nécessité de prendre un glucocorticostéroïde, d'arrêter le médicament ou de recommander la poursuite du traitement..

Le système cardiovasculaire

L'utilisation à long terme de fortes doses de prednisolone provoque l'accumulation de liquide dans les tissus. Cette condition conduit à un rétrécissement du diamètre des vaisseaux sanguins et à une augmentation de la pression artérielle. L'hypertension se développe progressivement, généralement systolique, souvent accompagnée d'une insuffisance cardiaque persistante. Ces pathologies du système cardiovasculaire ont été diagnostiquées chez plus de 10% des patients prenant des glucocorticostéroïdes.

Système endocrinien

L'utilisation de la prednisolone devient souvent une cause de dépendance au glucose et d'augmentation de sa teneur en sérum sanguin. Les personnes génétiquement prédisposées ou sujettes à développer un diabète sont à risque. Par conséquent, cette pathologie endocrinienne fait référence à des contre-indications à la prise de glucocorticostéroïdes. Il ne peut être prescrit à ces patients que par des indicateurs vitaux. Pour éviter une diminution de l'activité fonctionnelle des glandes surrénales, il est possible de réduire progressivement la dose de prednisolone et de réduire la fréquence de son utilisation.

Tube digestif

L'utilisation de glucocorticostéroïdes dans le traitement de diverses pathologies est contre-indiquée chez les patients présentant des lésions ulcéreuses de l'estomac et (ou) du duodénum. L'utilisation à long terme de la prednisolone peut provoquer des modifications dégénératives destructrices des muqueuses et des couches plus profondes du tractus gastro-intestinal. De plus, les solutions pour administration parentérale et les comprimés provoquent des troubles dyspeptiques - nausées, accès de vomissements, formation excessive de gaz. Des cas de pancréatite, de perforation d'un ulcère et de saignement intestinal ont été notés..

Système musculo-squelettique

Chez les patients qui ont pris de la prednisolone pendant une longue période, les conséquences ont été exprimées sous la forme de l'apparition d'une myopathie. Il s'agit d'une maladie neuromusculaire progressive chronique caractérisée par des lésions musculaires primaires. Une personne développe une faiblesse et un épuisement des muscles proximaux en raison d'une altération de l'absorption du calcium dans l'intestin, un oligo-élément nécessaire au fonctionnement optimal du système musculo-squelettique. Ce processus est réversible - la sévérité des symptômes de la myopathie diminue après la fin de la prise de prednisolone.

Syndrome de sevrage

Un retrait brusque de Prednisolone peut provoquer des conséquences graves jusqu'au développement d'un effondrement et même d'un coma. Par conséquent, les médecins informent toujours les patients de l'interdiction de sauter un glucocorticostéroïde ou de l'arrêt non autorisé du traitement. La nomination de doses quotidiennes élevées entraîne souvent un mauvais fonctionnement du cortex surrénalien. Lors de l'arrêt du médicament, le médecin recommande au patient de prendre des vitamines C et E pour stimuler le travail de ces organes appariés du système endocrinien.

Les conséquences dangereuses qui surviennent après l'arrêt du traitement par la prednisolone comprennent également:

  • le retour des symptômes de la pathologie, y compris la douleur;
  • maux de tête;
  • fortes fluctuations du poids corporel;
  • humeur diminuée;
  • troubles dyspeptiques.


Dans ce cas, le patient doit reprendre la prise du médicament pendant plusieurs semaines, puis, sous la supervision d'un médecin, réduire progressivement les doses uniques et quotidiennes. Lors du retrait de Prednisolone, le médecin contrôle les principaux indicateurs: température corporelle, tension artérielle. Les analyses les plus informatives comprennent des tests de laboratoire de sang et d'urine.

Régime pour le traitement par glucocorticostéroïdes

Les médecins interdisent catégoriquement de prendre de la prednisone à jeun. Si une personne n'a pas la possibilité de manger et que la pilule doit être prise d'urgence, vous pouvez boire un verre de lait ou de jus de fruits. Un régime dans le traitement de la prednisone est nécessaire pour minimiser les effets des glucocorticostéroïdes, en réduisant la gravité de leurs symptômes. Au cours du traitement, les patients doivent inclure des aliments riches en potassium dans leur alimentation. Ceux-ci inclus:

  • fruits secs - raisins secs, abricots secs;
  • pomme de terre au four avec pelure;
  • produits laitiers - fromage cottage faible en gras, kéfir, lait cuit fermenté, varenets.

Étant donné que la prise de Prednisolone provoque une augmentation du catabolisme des protéines, le menu quotidien du patient doit contenir des aliments protéinés: viande, poisson de rivière et de mer et fruits de mer. Il vaut la peine de privilégier les légumes mijotés, les fruits frais, les noix. Moins la graisse est utilisée en cuisine, plus la prednisone est sûre.

Comprimés de prednisone

Analogues

  • Prednisolone.

Prix ​​moyen en ligne *, 89 p. (100 comprimés)

Où puis je acheter:

Mode d'emploi

La prednisolone est un analogue synthétique de l'hydrocortisone. Disponible en comprimés de 5 mg, a des effets anti-inflammatoires, immunosuppresseurs et antihistaminiques.

Les indications

La prednisone en comprimés est prescrite pour les pathologies suivantes:

  • cardiopathie rhumatismale, chorée rhumatismale et fièvre;
  • les maladies systémiques du tissu conjonctif, y compris le LED, la sclérodermie systémique, la polyartérite noueuse;
  • sclérose en plaques;
  • néoplasmes malins dans les poumons (en combinaison avec des agents cytostatiques);
  • insuffisance surrénale congénitale et acquise;
  • la tuberculose, y compris la méningite tuberculeuse, en parallèle avec d'autres médicaments;
  • inflammation du foie;
  • diminution de la glycémie;
  • les maladies inflammatoires du système digestif, y compris l'entérite régionale, l'ULC, l'entérite locale;
  • maladies articulaires accompagnant l'inflammation (inflammation du sac articulaire et de la synovie, inflammation non spécifique des tendons, épicondylite, arthrite de toute étiologie, polyarthrite, maladie de Still chez l'adulte, périarthrose épaule-épaule, arthrose);
  • Hyperplasie surrénale congénitale;
  • réaction allergique aiguë et chronique;
  • pour prévenir et éliminer les nausées et les vomissements pendant la chimiothérapie;
  • l'asthme bronchique, y compris l'état asthmatique compliqué;
  • prévenir le rejet d'organe après transplantation;
  • augmentation des niveaux de calcium provoquée par l'oncologie;
  • œdème cérébral de diverses étiologies (prescrit après des injections de prednisolone);
  • les maladies auto-immunes, y compris les téguments cutanés;
  • maladies dermatologiques (eczéma, pemphigus, séborrhée, nécrolyse épidermique toxique, maladie de Dühring, dermatite exfoliatrice);
  • maladies infiltrantes diffuses des poumons (alvéolite en phase aiguë, pneumosclérose, grade 2 et 3 de la sarcoïdose);
  • Maladie de Lim, infiltrats pulmonaires volatils, pneumonie par aspiration (en combinaison avec des médicaments spécifiques);
  • thyroïdite de Curvena;
  • le syndrome néphrotique;
  • labyrinthite, mastoïdite;
  • maladies du sang et des organes hématopoïétiques (diminution de toutes les cellules sanguines, plasmacytome, leucémie);
  • maladies oculaires allergiques et auto-immunes.

Dosage et administration

Les comprimés doivent être pris par voie orale dans leur ensemble, lavés avec une petite quantité d'eau.

La posologie est prescrite individuellement, le matin, vous devez prendre les 2/3 de la dose, le soir, le 1/3 restant de la dose.

Le traitement ne peut pas être abandonné rapidement, la posologie doit être réduite en douceur.

Dans la phase aiguë et comme thérapie de remplacement au début du traitement, les adultes se voient prescrire un médicament à une posologie quotidienne de 20 à 30 mg, puis la posologie est réduite à 5-10 mg par jour. Si nécessaire, la posologie quotidienne initiale peut varier de 15 à 100 mg, supportant de 5 à 15 mg.

En pédiatrie, le médicament est prescrit à une dose quotidienne de 1 à 2 mg par kg de poids d'un enfant, il doit être pris en 4 à 6 doses, puis il passe à une dose d'entretien de 300 à 600 mcg par kg de poids..

Contre-indications

La prednisolone ne doit pas être prise avec une intolérance individuelle.

Avec prudence, le médicament doit être prescrit aux patients souffrant des pathologies suivantes:

  • ulcère d'estomac et 12 ulcère duodénal;
  • ulcère gastroduodénal en phase aiguë ou latente;
  • inflammation de la muqueuse gastrique;
  • œsophagite;
  • diverticulite;
  • NUC avec menace de rupture de la paroi intestinale ou de formation d'abcès;
  • tendance à la thromboembolie;
  • récemment subi une intervention chirurgicale pour créer une anastomose intestinale;
  • phase aiguë et subaiguë de l'infarctus du myocarde;
  • hypertension artérielle;
  • infection fongique systémique;
  • augmentation de la pression intraoculaire;
  • ostéoporose systémique;
  • évolution sévère de l'insuffisance cardiaque chronique;
  • les maladies infectieuses de diverses étiologies, à la fois sous forme aiguë et récemment transférées, y compris le contact avec une personne infectée;
  • formes actives et latentes de tuberculose;
  • augmentation et diminution de la fonction thyroïdienne;
  • obésité 3 et 4 degrés;
  • 8 semaines avant la vaccination et 2 semaines après celle-ci;
  • Diabète;
  • maladie mentale;
  • polio, à l'exception de l'encéphalite bulbaire;
  • lymphadénite après vaccination par le BCG;
  • formes graves d'insuffisance rénale et hépatique;
  • immunodéficience;
  • hypercorticisme;
  • insuffisance musculaire sévère;
  • maladie des calculs rénaux;
  • hypoalbuminémie.

Grossesse et allaitement

Lors d'expériences sur des animaux, un effet négatif de la prednisolone sur la grossesse a été constaté..

Pendant la période de gestation (en particulier au cours des 3 premiers mois) d'un enfant, les médicaments ne peuvent être prescrits que selon des indications strictes.

Avec l'administration à long terme du médicament, il existe un faible risque de sous-développement du palais mou chez l'enfant et de retard de croissance intra-utérin.

Lors de la prescription d'un médicament au cours des 3 derniers mois, le développement d'une atrophie du cortex surrénal chez le fœtus est possible, par conséquent, le nouveau-né aura besoin d'une thérapie de remplacement.

La substance active est excrétée en quantité minimale à travers les glandes mammaires, il est donc conseillé de transférer l'enfant dans le mélange pendant le traitement.

Surdosage

En cas de surdosage, augmentation des effets indésirables, hypertension, gonflement des extrémités.

Il n'y a pas d'antidote; sous forme aiguë, un lavage gastrique est indiqué; en cas d'intoxication chronique, la posologie doit être réduite.

Effets secondaires

L'apparition et la gravité des effets indésirables dépendent de la posologie, de la durée du traitement et de la prise en compte du rythme quotidien de production de glucocorticostéroïdes.

Dans le contexte de la prise du médicament, les réactions négatives suivantes peuvent survenir:

  • indigestion, ballonnements, hoquet, acidité accrue du suc gastrique, ulcères stéroïdiens dans le tube digestif, œsophagite érosive, rupture des parois du tractus gastro-intestinal, nausées, vomissements, inflammation du pancréas, perte ou augmentation de l'appétit, saignement des ulcères, hypertrophie du foie et altération de la fonction;
  • augmentation de la pression, diminution du rythme cardiaque, arrêt cardiaque, perturbation du rythme cardiaque, modification de l'électrocardiogramme caractéristique de l'abaissement du potassium dans le sang, apparition ou exacerbation de l'insuffisance cardiaque, dystrophie myocardique;
  • dans l'infarctus du myocarde aigu et subaigu, il existe un risque de prolifération du foyer de nécrose, de ralentissement de la formation de tissu cicatriciel et de probabilité de rupture du muscle cardiaque;
  • augmentation de la coagulation sanguine, des caillots sanguins et du risque de colmatage des vaisseaux sanguins;
  • faim de loup, gain de poids, bilan azoté négatif;
  • une diminution des taux de potassium et de calcium dans le sang, une augmentation de la concentration de sodium dans le sang;
  • myasthénie grave, nécrose aseptique, atrophie musculaire, ostéoporose, fractures des vertèbres et des os tubulaires, rupture de l'appareil ligamento-tendineux, altération de la formation du squelette chez l'enfant;
  • acné stéroïdienne, transpiration excessive, pigmentation de la peau augmentée ou affaiblie, amincissement de la peau, rougeur du visage, hémorragies importantes et ponctuelles dans la peau et les muqueuses, dermatite allergique;
  • délire, paranoïa, vertiges, maux de tête, euphorie, fausse tumeur cérébelleuse, troubles du sommeil, pression intracrânienne, hallucinations, convulsions, dépression, désorientation, épilepsie, anxiété, psychose maniaco-dépressive;
  • retard du développement sexuel, augmentation de l'activité du SRAA, douleur pendant la menstruation, absence de menstruation, pilosité, insuffisance surrénale, progression du diabète sucré, dyslipidémie, syndrome de «sevrage»;
  • le développement de maladies infectieuses de diverses étiologies, proptose, changements trophiques dans la cornée, opacification du cristallin, augmentation de la pression intraoculaire avec des dommages au nerf optique;
  • affaiblissement de l'immunité, fatigue, guérison lente des plaies, éruptions allergiques, démangeaisons, anaphylaxie, angiite stéroïdienne.

Structure

Chaque comprimé contient 5 mg de prednisone.

Comme excipients, la composition des comprimés comprend:

  • amidon de maïs et de pomme de terre;
  • silice pyrogénée;
  • talc;
  • polyvinylpyrrolidone;
  • acide octadécanoïque;
  • stéarate de magnésium;
  • sucre de lait.

Pharmacologie et pharmacocinétique

La substance active a des effets anti-inflammatoires, immunosuppresseurs, anti-choc et antihistaminiques..

Affecte tous les types de métabolisme, lorsqu'il est pris, les effets suivants sont observés:

  • la gluconéogenèse est activée, en même temps l'utilisation périphérique du glucose peut diminuer, ce qui provoquera une augmentation du sang et de l'urine;
  • la synthèse des protéines diminue, la production d'albumine augmente, la dégradation des protéines peut s'accélérer;
  • la formation d'acides gras et de graisses est intensifiée, avec leur dépôt dans le haut du corps;
  • le sodium est retenu dans le corps, le potassium et le calcium sont excrétés par les reins.

Après administration orale, il est rapidement absorbé par le tube digestif. La concentration maximale est observée après 1-1,5 heures. La demi-vie d'élimination du plasma est de 2 à 4 heures, des tissus de 18 à 36 heures. Excrété dans l'urine.

Conditions de vente et de stockage

La prednisolone est disponible sur ordonnance. Vous devez conserver les comprimés dans un endroit sombre où les enfants ne peuvent pas les obtenir, à une température de 15 à 30 degrés.

Commentaires

(Laissez votre avis dans les commentaires)

* - La valeur moyenne parmi plusieurs vendeurs au moment du suivi n'est pas une offre publique

Médicaments hormonaux prednisolone - examen

Mon expérience avec le traitement au prednisolol en Suisse.

Après avoir lu un grand nombre d'avis sur le médicament prednisone, j'ai réalisé que je devais partager mon expérience. Beaucoup de gens ne peuvent pas trouver un bon rhumatologue en raison de fonds limités, beaucoup vivent loin des grandes villes et il est également difficile de trouver des spécialistes. Sur Internet, ils écrivent sur des conséquences complètement impensables et terribles; les gens préfèrent souffrir de douleur, de maladie, mais la prednisolone n'est pas traitée. Ils écrivent sur les estomacs gâtés, sur la défaillance des articulations, sur le visage en forme de lune, sur l'acné, sur une forte prise de poids, sur l'augmentation de la pression et bien plus encore. J'ai une vaste expérience de la prise de ce médicament et j'ai rencontré de nombreuses erreurs médicales, dont j'essaierai de vous avertir et, dans mon exemple, de dire aux gens comment être traité correctement, afin d'éviter de graves dommages au corps, comment mener un traitement avec des conséquences minimes, car j'ai tout vécu sur moi-même.

Je suis tombé malade à la mi-janvier 2017, le diagnostic m'a été fait à Moscou à la clinique locale de Novogireevo, mais je n'ai pas attendu longtemps et j'ai pris l'avion pour la Suisse, car J'habite dans deux pays. Mon médecin traitant à Zurich a diagnostiqué une polymyalgie rhumatismale. Il n'y avait aucun avis sur cette maladie sur Internet, il est clair que les personnes après 60 ans sont malades et ne sont pas très informatisées, alors j'ai regardé plus d'informations sur la prednisone, car pour ma maladie c'était le seul salut et j'ai compris d'après les commentaires et les commentaires que j'ai lus, que l'ordre d'admission est le même, seule la dose est prescrite par le médecin en fonction de votre maladie. Je vais écrire spécifiquement sur ma maladie séparément, je veux décrire mon expérience de traitement, car je veux comparer les méthodes de traitement en Russie et en Suisse.

Alors à propos de mon expérience.

J'ai commencé le traitement par la prednisone le 1er mars 2017 avec une dose de 50 mg. et ce fut une erreur du médecin de famille traitant en Suisse, car la dose initiale est au maximum de 20, et en Russie de 15. Donc, je conseille immédiatement à tout le monde d'être traité uniquement par des rhumatologues. Le lendemain, les douleurs et les raideurs musculaires ont disparu et je me sentais en parfaite santé. Mais la prednisone est insidieuse, et grâce à Internet, je me suis préparé à lutter non pas contre la maladie elle-même, mais contre les effets négatifs de la prednisolone.

Après une semaine, mon médecin traitant a immédiatement réduit la dose de 10 mg., C'est-à-dire jusqu'à 40 mg. et je me sentais très mal. Il y avait une faiblesse sévère, des tremblements musculaires, des sueurs froides, des étourdissements, et tout cela a duré trois jours, le quatrième, tout s'est envolé. Si je comprends bien maintenant, mon médecin traitant était plus que ce que j'avais peur de la nécessité de prendre de la prednisone à des doses aussi importantes et elle voulait réduire la dose le plus rapidement possible. Mais j'étais sous sa surveillance constante et chaque semaine, je venais à son bureau et donnais du sang pour la présence d'une inflammation, c'est-à-dire contrôlé le déroulement du traitement. Analyses montrant une inflammation - test sanguin biochimique, ESR, CRH.

Dose de 40 mg J'ai bu une semaine. Ensuite, je suis à 10 mg. Je ne l'ai plus réduit et je ne conseille personne, par un maximum de 5 mg. Après une dose de 35 mg. mon médecin traitant a envoyé à un rhumatologue pour une consultation et une vérification de l'état des os. L'état des os était limite, alors ils m'ont donné des vitamines pour prévenir l'arthrite..

Il est très important de réduire correctement la prednisone. Si on vous a prescrit un traitement depuis longtemps, essayez de le prendre et de vivre avec. Le plus souvent, cela prend beaucoup de temps et, surtout, ne vous précipitez pas ou ne vous réduisez pas, car après avoir lu les horreurs du médicament, nous essayons de nous en débarrasser le plus rapidement possible, car le mot "rapidement" est l'un des russes préférés..

Donc à propos du déclin: j'écrirai en mg., Tk. en Suisse, la prednisone est différente, je l'ai eu 50,20,10,5,1 mg., en Russie, pour une raison quelconque, ils ne sont que 5 mg.

Le début était avec une dose de 50 mg et jusqu'à 25 mg a pris 40 jours, mais une diminution de 25 à 20 à 2,5 mg. cela a duré un mois et a été particulièrement difficile, les doigts tordus, les jambes tordues, une faiblesse grave et, par conséquent, un appétit insensé pour les bonbons, les gâteaux. Après 20, une diminution de 2,5, mais chaque diminution pendant exactement un mois à 10 mg. À partir de 10, une réduction de 1 mg. toutes les 6 semaines à 5, après cinq, une diminution de 0,5 et également 6 semaines, bien que dans les cas graves, il soit conseillé d'augmenter l'intervalle à 8 semaines.

10 mg J'ai passé 6 semaines à Moscou comme il se doit, je suis passé sans problème à 9, et après deux semaines, j'ai décidé d'aller à la clinique de mon domicile pour passer des tests et voir un médecin, car avant cela, je testais chaque mois. Un médecin à Moscou a été surpris de me recommander six semaines en Suisse et m'a fortement conseillé de ne réduire que deux semaines, ce que j'ai fait avec grand plaisir en passant à 8, et trois jours plus tard, ma maladie est revenue. Ensuite, je me suis tourné vers une clinique rémunérée et le médecin a confirmé la recommandation du médecin de ma polyclinique, faisant valoir que le corps allait s'adapter. Et donc, à cause de l'erreur de ces deux malheureux médecins, ma maladie est revenue complètement, mais le pire était que je ne pouvais pas rentrer à Zurich à cause de la très haute pression artérielle, qui atteignait 250 chaque soir. Puis, quand il était vraiment excellent rhumatologue, il a pris de la prednisone de 8 à 10 mg. et prescrit, en plus de mes comprimés, Norvask.

RECOMMANDATIONS POUR LA RÉCEPTION DE PREDISOL POUR MINIMISER LES ÉVÉNEMENTS INDÉSIRABLES.

Immédiatement avec les pilules Spiricort <преднизолон>On m'a donné des médicaments pour l'estomac, lui disant de le boire le matin pour contenir les effets agressifs de la prednisone sur l'estomac. Il s'appelle Omeprazol mepha, gélules de 20 mg. prise le matin à jeun avant les repas. Je n'ai pris les gélules que pendant 6 mois, il n'y a pas eu de problèmes d'estomac. Mais les gros problèmes ont commencé à Moscou lorsque les comprimés ont été épuisés et j'ai dû acheter dans une pharmacie de Moscou. Déjà le troisième jour, mon estomac me faisait mal, le matin il y avait une amertume sévère dans ma bouche, des nausées et une lourdeur dans mon côté droit. J'ai dû commander le mien et je n'en ai plus essayé de russes. Je ne sais pas, il y a peut-être de bonnes pilules dans les pharmacies de Moscou, et j'ai, sans le savoir, acheté les pires, donc je vous conseille d'acheter de la prednisone à l'étranger, assurez-vous simplement de prendre une ordonnance, ils ne la vendront pas sans ordonnance.

2. Face à la lune.

Le visage n'a pas gonflé tout de suite, seulement le quarantième jour, les médecins ont catégoriquement interdit de prendre des médicaments diurétiques, expliquant que le corps était déjà à la limite de ses capacités. Ainsi, les joues, le menton et les tempes étaient gonflés jusqu'à une diminution de la cortisone (prednisone) à 3 mg. Puis tout est parti, même l'enflure sur mes jambes était endormie.

Oui, l'acné est apparue en quelques jours, mais j'ai une expérience prouvée dans leur traitement - elle est essuyée avec de la vodka: elle a humidifié le coton avec de la vodka et essuyé le visage et le décolleté pour la nuit. En quelques jours, tout est allé et n'est pas revenu.

4. Pilules.

Le meilleur moment est de 7 h à 9 h, puis les glandes surrénales prennent des hormones comme parents. Ils écrivent que le plus tard, le plus difficile. J'ai pris de 8h30 à 9h30. Et encore une fois: essayez de ne pas prendre de pilules le soir. Ils augmentent la pression, une personne souffre d'insomnie. On a crédité ma copine de boire 60 mg pendant la journée, la dernière pilule à 21 h, elle tremblait toute la nuit pour que le lit tremblait, je ne sais pas quelle en était la raison, j'ai été personnellement secouée lorsque la pression monte à 200 et plus. J'ai commencé à prendre immédiatement, à un moment donné et seulement le matin, la première semaine a été difficile, mais le corps s'est habitué. Je ne connais pas la dose importante, la mienne était au début à 50 mg. Mais, tout de même, essayez le plus longtemps possible avant le coucher. J'ai toujours pris des comprimés avec de la nourriture, ni avant ni après, c'est-à-dire pendant les repas. J'ai tout mangé, mais il y avait toujours du yaourt ou du lait avant et après.

Si vous ne mentez pas, si vous pouvez au moins bouger vos mains, assurez-vous de faire du sport. Faites de l'exercice, marchez beaucoup, si vous le pouvez, puis faites du jogging, marchez avec des bâtons. Maintenant, tout le monde a des téléphones avec un programme sportif, alors promenez-vous au moins au tarif recommandé. Pendant une période de réduction de dose, la natation aide très bien, mieux en mer, mais une piscine d'eau chaude est également bonne. Bien sûr, si possible.

Après avoir examiné la densité osseuse (3 semaines après le début du traitement), j'ai commencé à boire du calcium et de la vitamine D. à des doses assez importantes. Je n'ai pas trouvé d'ostoporose, mais la tendance à son apparition commençait déjà, et après la prednisolone, le risque a augmenté, alors le cardiologue m'a ordonné de boire les pilules pendant deux ans

7. Incompatibilité avec d'autres médicaments.

Ne prenez pas de prednisone avec d'autres médicaments et vitamines en une seule fois, attendez au moins quelques heures.

Les médecins ont autorisé à boire, mais seulement le soir et un peu. Personnellement, je me suis permis de boire un peu jusqu'à ce que j'atteigne une dose de 10 mg.

Pendant tout le temps que j'ai récupéré de quatre kilogrammes, il était de 54, il est devenu de 58, mais la faute est entièrement la mienne. Bien sûr, étant donné que les deux premiers mois, il y avait une faiblesse constante du médicament, mes mains tremblaient, tout à l'intérieur tremblait et à cause de cette faiblesse, je voulais constamment manger, mais pour une raison quelconque, je voulais du sucré, du gâteau, des bonbons, des rouleaux. On peut voir que notre corps s'est débarrassé de la dépression de cette façon. Perdre du poids progressivement après une dose de 5 mg.

Je souffre d'hypertension depuis longtemps, plus de dix ans. Je bois constamment des pilules et en particulier de la prednisone, la pression n'a pas augmenté. Il est passé à 190 après plusieurs semaines de début de la maladie et à 230-250 lorsque la maladie est revenue, et il est revenu deux fois. Et pour la première fois et les suivantes, la prednisone a plutôt aidé à normaliser l'hypertension artérielle.

Je vous conseillerais de prendre de la prednisone, en fonction de vos sentiments, mais si vous ressentez le retour de la maladie, revenez à la dose précédente. Et encore une fois: si vous prenez de la prednisone pendant 21 jours, vous pouvez arrêter en toute sécurité, aucune dépendance ne se produit, les glandes surrénales fonctionnent dans le même mode. Vous pouvez commencer en toute sécurité avec 10 ou 20, mais ne réduisez que de 5 ou 3 mg. à une dose de 5 mg., il n'y a que mg. Mais ce n'est que pour ceux qui ont cessé de le prendre et la maladie lui est revenue ou ceux qui n'ont jamais pris de prednisone. Toute personne qui prend des pilules depuis plus de 21 jours est strictement interdite.

Tableau de réduction Précédent après 20 mg., que j'ai écrit ci-dessus, m'a été recommandé par trois médecins bien connus et expérimentés en Suisse et est basé sur une expérience internationale et la mienne.

L'effet de la prednisone sur le cycle

Posez une question et obtenez des conseils médicaux de qualité. Pour votre confort, des consultations sont également disponibles dans l'application mobile. N'oubliez pas de remercier les médecins qui vous ont aidé! Sur le portail, il y a une action "Merci - c'est facile!"

Vous êtes médecin et souhaitez consulter sur le portail? Découvrez notre Comment devenir consultant.

Ne vous auto-méditez pas. Seule une approche responsable et une consultation avec un médecin spécialiste permettront d'éviter les conséquences négatives de l'automédication. Toutes les informations publiées sur le portail Medihost sont uniquement à titre indicatif et ne peuvent pas remplacer une visite chez le médecin. En cas de symptômes de maladie ou de malaise, consultez un médecin dans un établissement médical.

La sélection et la prescription des médicaments ne peuvent être effectuées que par un professionnel de la santé. Les indications d'utilisation et la posologie des médicaments doivent être convenues avec votre médecin.

Le portail médical Medihost est une ressource d'information et ne contient que des informations de base. Les documents sur diverses maladies et méthodes de traitement ne peuvent pas être utilisés par les patients pour des modifications non autorisées du plan de traitement et des rendez-vous chez le médecin.

L'administration du portail n'assume aucune responsabilité pour les dommages matériels, ainsi que pour la santé causés par l'utilisation des informations publiées sur le site Web de Medihost.

La prednisolone peut provoquer des troubles de la MC, avec une utilisation prolongée, en règle générale, cet effet secondaire disparaît progressivement. Après avoir pris le médicament, la fonction ovarienne se rétablira progressivement.

La prednisone peut affecter le cycle.

Depuis quand l'eczéma est-il traité avec des corticostéroïdes? Changez le docteur, par tous les moyens! Partager des photos - je donnerai des recommandations

Prednisolone (Prednisolone)

Nom russe

Nom latin de la substance Prednisolone

Nom chimique

Formule brute

Groupe pharmacologique de la substance Prednisolone

Classification nosologique (CIM-10)

Code CAS

Caractéristiques de la substance Prednisolone

Médicament hormonal (glucocorticoïde à usage systémique et topique). C'est un analogue déshydrogéné de l'hydrocortisone.

Dans la pratique médicale, la prednisone et l'hémisuccinate de prednisolone sont utilisés (pour l'administration intraveineuse ou intramusculaire).

La prednisolone est une poudre cristalline inodore, blanche ou blanche avec une légère teinte jaunâtre. Presque insoluble dans l'eau, légèrement soluble dans l'alcool, le chloroforme, le dioxane, le méthanol. Poids moléculaire 360,44.

L'hémisuccinate de prednisolone est une poudre cristalline inodore, blanche ou blanche avec une teinte crémeuse. Soluble dans l'eau. Poids moléculaire 460,52.

Pharmacologie

Il interagit avec des récepteurs spécifiques dans le cytoplasme de la cellule et forme un complexe qui pénètre dans le noyau cellulaire, se lie à l'ADN et provoque l'expression ou la dépression de l'ARNm, altérant la formation de protéines médiant les effets cellulaires sur les ribosomes. Augmente la synthèse de lipocortine, qui inhibe la phospholipase A2, bloque la libéralisation de l'acide arachidonique et la biosynthèse des endoperoxyde, PG, leucotriènes (contribuant au développement de l'inflammation, des allergies et d'autres processus pathologiques). Il stabilise les membranes des lysosomes, inhibe la synthèse de la hyaluronidase, réduit la production de lymphokines. Affecte les phases alternatives et exsudatives de l'inflammation, empêche la propagation du processus inflammatoire. La restriction de la migration des monocytes au foyer de l'inflammation et l'inhibition de la prolifération des fibroblastes déterminent l'effet antiprolifératif. Supprime la formation de mucopolysaccharides, limitant ainsi la liaison de l'eau et des protéines plasmatiques au foyer de l'inflammation rhumatismale. Inhibe l'activité de la collagénase, empêchant la destruction du cartilage et des os dans la polyarthrite rhumatoïde.

L'effet antiallergique est dû à une diminution du nombre de basophiles, à l'inhibition directe de la sécrétion et à la synthèse des médiateurs d'une réaction allergique immédiate. Provoque une lymphopénie et une involution du tissu lymphoïde, ce qui provoque une immunosuppression. Réduit la teneur en lymphocytes T dans le sang, leur effet sur les lymphocytes B et la production d'immunoglobulines. Il réduit la formation et augmente la décomposition des composants du système du complément, bloque les récepteurs Fc des immunoglobulines et supprime les fonctions des leucocytes et des macrophages. Augmente le nombre de récepteurs et restaure / augmente leur sensibilité aux substances physiologiquement actives, y compris aux catécholamines.

Réduit la quantité de protéines dans le plasma et la synthèse de protéines qui lie le calcium, améliore le catabolisme des protéines dans les tissus musculaires. Favorise la formation de protéines enzymatiques dans le foie, le fibrinogène, l'érythropoïétine, le surfactant, la lipomoduline. Favorise la formation d'acides gras et de triglycérides supérieurs, la redistribution des graisses (augmente la lipolyse des graisses sur les membres et son dépôt sur le visage et le haut du corps). Augmente l'absorption des glucides du tube digestif, l'activité de la glucose-6-phosphatase et de la phosphoénolpyruvate kinase, ce qui conduit à la mobilisation du glucose dans le sang et à une augmentation de la néoglucogenèse. Il retient le sodium et l'eau et favorise l'élimination du potassium grâce à l'action des minéralocorticoïdes (exprimé dans une moindre mesure que celui des glucocorticoïdes naturels, le rapport d'activité gluco et minéralocorticoïdes est de 300: 1). Réduit l'absorption du calcium dans les intestins, augmente sa lixiviation des os et son excrétion par les reins.

Il a un effet anti-choc, stimule la formation de certaines cellules de la moelle osseuse, augmente le contenu des globules rouges et des plaquettes dans le sang, réduit les lymphocytes, les éosinophiles, les monocytes, les basophiles.

Après administration orale, il est rapidement et bien absorbé par le tube digestif. Dans le plasma, 70 à 90% se présente sous une forme liée: avec la transcortine (alpha liant les corticostéroïdes1-globuline) et l'albumine. Tmax lorsqu'il est pris par voie orale, il est de 1 à 1,5 heure, il est biotransformé par oxydation principalement dans le foie, ainsi que dans les reins, l'intestin grêle et les bronches. Les formes oxydées sont glucuronidées ou sulfatées. T1/2 à partir du plasma - 2 à 4 heures, à partir des tissus - 18 à 36 heures Il passe à travers la barrière placentaire, moins de 1% de la dose passe dans le lait maternel. Il est excrété par les reins, 20% - inchangé.

Utilisation de la substance Prednisolone

Administration parentérale Réactions allergiques aiguës; asthme bronchique et état asthmatique; prévention ou traitement de la réaction thyréotoxique et de la crise thyréotoxique; choc, y compris résistant à d'autres thérapies; infarctus du myocarde; insuffisance surrénale aiguë; cirrhose, hépatite aiguë, insuffisance hépatique-rénale aiguë; empoisonnement par des liquides cautérisants (pour réduire l'inflammation et prévenir le rétrécissement cicatriciel).

Administration intra-articulaire: polyarthrite rhumatoïde, spondylarthrite, polyarthrite post-traumatique, arthrose (en présence de signes graves d'inflammation articulaire, synovite).

Comprimés. Maladies systémiques du tissu conjonctif (lupus érythémateux disséminé, sclérodermie, périartérite noueuse, dermatomyosite, polyarthrite rhumatoïde); maladies inflammatoires aiguës et chroniques des articulations: arthrite goutteuse et psoriasique, arthrose (y compris post-traumatique), polyarthrite, périarthrite, spondylarthrite ankylosante (spondylarthrite ankylosante), arthrite juvénile, syndrome de Still chez l'adulte, bursite, tendinite non spécifique épitonite, synptite sinitisite ; fièvre rhumatismale, cardiopathie rhumatismale aiguë; l'asthme bronchique; maladies allergiques aiguës et chroniques: réactions allergiques aux médicaments et aux produits alimentaires, maladie sérique, urticaire, rhinite allergique, œdème de Quincke, exanthème médicamenteux, rhume des foins; maladies de la peau: pemphigus, psoriasis, eczéma, dermatite atopique, névrodermite diffuse, dermatite de contact (avec lésions de la grande surface de la peau), toxémie, dermatite séborrhéique, dermatite exfoliative, nécrolyse épidermique toxique (syndrome de Lyell), dermatite herpétiforme bulleuse, eczéma malin Stevens-Johnson); œdème cérébral (y compris dans le contexte d'une tumeur cérébrale ou associé à une chirurgie, une radiothérapie ou un traumatisme crânien) après une utilisation parentérale antérieure; Hyperplasie surrénale congénitale; insuffisance surrénale primaire ou secondaire (y compris la condition après l'ablation des glandes surrénales); maladie rénale auto-immune (y compris glomérulonéphrite aiguë), syndrome néphrotique; thyroïdite subaiguë; maladies hématopoïétiques: agranulocytose, panmyélopathie, anémie hémolytique auto-immune, anémie hypoplasique congénitale (érythroïde), leucémie lymphoïde et myéloïde aiguë, lymphogranulomatose, maladie myélomateuse, purpura thrombocytopénique, thrombocytopénie secondaire (thrombocytopénie); maladies pulmonaires: alvéolite aiguë, fibrose pulmonaire, sarcoïdose du stade II-III; méningite tuberculeuse, tuberculose pulmonaire, pneumonie par aspiration (en combinaison avec une chimiothérapie spécifique); bérylliose, syndrome de Leffler (non susceptible à une autre thérapie); cancer du poumon (en combinaison avec des cytostatiques); sclérose en plaques; maladies gastro-intestinales (pour sortir le patient d'une condition critique): colite ulcéreuse, maladie de Crohn, entérite locale; hépatite; prévention du rejet de greffe; hypercalcémie sur fond de cancer; nausées et vomissements pendant le traitement cytostatique; maladies allergiques oculaires: ulcères cornéens allergiques, formes allergiques de conjonctivite; maladies inflammatoires des yeux: ophtalmie sympathique, uvéite antérieure et postérieure sévère et lente, névrite optique.

Pommade: urticaire, dermatite atopique, névrodermite diffuse, lichen chronique simple (névrodermite limitée), eczéma, dermatite séborrhéique, lupus érythémateux discoïde, dermatite simple et allergique, toxidermie, érythrodermie, psoriasis, alopécie; épicondylite, tendosynovite, bursite, périarthrite huméroscapulaire, cicatrices chéloïdes, sciatique.

Gouttes pour les yeux: maladies inflammatoires non infectieuses du segment antérieur de l'œil - iritis, iridocyclite, uvéite, épisclérite, sclérite, conjonctivite, kératite parenchymateuse et en forme de disque sans endommager l'épithélium cornéen, conjonctivite allergique, blépharoconjonctivite, inflammation ophtalmique, blépharite.

Contre-indications

Hypersensibilité (pour une utilisation systémique à court terme pour des raisons de santé est la seule contre-indication).

Pour une utilisation systémique: maladies parasitaires et infectieuses de nature virale, fongique ou bactérienne (actuellement sans chimiothérapie appropriée ou récemment transférée, y compris un contact récent avec le patient): herpès simplex, herpès zoster (phase virémique), varicelle, rougeole; amibiase, strongyloïdose (établie ou suspectée); mycose systémique; tuberculose active et latente. L'utilisation dans les maladies infectieuses sévères n'est autorisée que dans le contexte d'une thérapie spécifique. États d'immunodéficience (y compris le SIDA ou l'infection par le VIH), période post-vaccination (période de 8 semaines avant et 2 semaines après la vaccination), lymphadénite après la vaccination par le BCG; maladies gastro-intestinales (y compris ulcère gastrique et duodénal, œsophagite, gastrite, ulcère gastro-duodénal aigu ou latent, anastomose intestinale récemment créée, colite ulcéreuse avec menace de perforation ou d'abcès, diverticulite); maladies du système cardiovasculaire, y compris infarctus du myocarde récent (chez les patients atteints d'infarctus du myocarde aigu et subaigu, il peut être possible d'étendre le foyer de nécrose, de ralentir la formation de tissu cicatriciel et, par conséquent, de rupture du muscle cardiaque), d'insuffisance cardiaque chronique décompensée, d'hypertension artérielle, d'hyperlipidémie; maladies endocriniennes: diabète sucré (y compris altération de la tolérance aux glucides), thyréotoxicose, hypothyroïdie, maladie d'Itsenko-Cushing; insuffisance rénale et / ou hépatique chronique sévère, néphrourolithiase; hypoalbuminémie et conditions prédisposant à son apparition; ostéoporose systémique, myasthénie grave, psychose aiguë, obésité des stades III - IV, poliomyélite (à l'exception de la forme d'encéphalite bulbaire), glaucome à angle ouvert et à angle fermé, grossesse, allaitement.

Pour l'administration intra-articulaire: arthroplastie antérieure, saignement pathologique (endogène ou causé par l'utilisation d'anticoagulants), fracture articulaire de l'os, processus inflammatoire infectieux (septique) dans les infections articulaires et périarticulaires (y compris les antécédents), maladie infectieuse générale, ostéoporose périarticulaire sévère, l'absence de signes d'inflammation dans l'articulation (l'articulation dite «sèche», par exemple avec une arthrose sans signe de synovite), une destruction osseuse sévère et une déformation de l'articulation (rétrécissement marqué de l'espace articulaire, ankylose), une instabilité articulaire due à l'arthrite, une nécrose aseptique des épiphyses osseuses de l'articulation grossesse.

Lorsqu'il est appliqué sur la peau: maladies cutanées bactériennes, virales, fongiques, manifestations cutanées de la syphilis, tuberculose cutanée, tumeurs cutanées, acné vulgaire, rosacée (une exacerbation de la maladie est possible), grossesse.

Gouttes pour les yeux: maladies virales et fongiques des yeux, conjonctivite purulente aiguë, infection purulente de la muqueuse de l'œil et des paupières, ulcère cornéen purulent, conjonctivite virale, trachome, glaucome, violation de l'intégrité de l'épithélium cornéen; tuberculose oculaire; condition après le retrait d'un corps étranger de la cornée.

Grossesse et allaitement

L'utilisation de corticostéroïdes pendant la grossesse est possible si l'effet attendu du traitement dépasse le risque potentiel pour le fœtus (aucune étude de sécurité adéquate et strictement contrôlée n'a été menée). Les femmes en âge de procréer doivent être averties du risque potentiel pour le fœtus (les corticostéroïdes traversent le placenta). Il est nécessaire de surveiller attentivement les nouveau-nés dont les mères ont reçu des corticostéroïdes pendant la grossesse (le développement d'une insuffisance surrénale chez le fœtus et le nouveau-né est possible).

Il ne doit pas être utilisé souvent, à fortes doses, sur une longue période de temps. Il est conseillé aux femmes qui allaitent d'arrêter l'allaitement ou l'utilisation de médicaments, en particulier à fortes doses (les corticostéroïdes pénètrent dans le lait maternel et peuvent inhiber la croissance, la production de corticostéroïdes endogènes et provoquer des effets indésirables chez le nouveau-né).

La tératogénicité de la prednisolone a été démontrée chez de nombreuses espèces animales qui l'ont reçue à des doses équivalentes aux doses humaines. Dans des études chez des souris, des rats et des lapines gravides, une augmentation de l'incidence de la fente palatine chez la progéniture a été enregistrée.

Effets secondaires de la substance prednisone

La fréquence de développement et la gravité des effets secondaires dépendent de la méthode, de la durée d'utilisation, de la dose utilisée et de la capacité à respecter le rythme circadien de la prescription de médicaments.

Du côté du métabolisme: Na + et rétention d'eau dans le corps, hypokaliémie, alcalose hypokaliémique, bilan azoté négatif résultant du catabolisme des protéines, hyperglycémie, glucosurie, gain de poids.

A partir du système endocrinien: insuffisance surrénalienne secondaire et hypothalamo-hypophyse (en particulier lors de situations stressantes, telles que maladie, traumatisme, chirurgie); Syndrome de Cushing; inhibition de la croissance chez les enfants; Irrégularités menstruelles; diminution de la tolérance aux glucides; manifestation du diabète sucré latent, augmentation du besoin d'insuline ou de médicaments antidiabétiques oraux chez les patients atteints de diabète sucré.

A partir du système cardiovasculaire et du sang (hématopoïèse, hémostase): augmentation de la pression artérielle, développement (chez les patients prédisposés) ou augmentation de la gravité de l'insuffisance cardiaque chronique, hypercoagulation, thrombose, changements ECG caractéristiques de l'hypokaliémie; chez les patients atteints d'infarctus du myocarde aigu et subaigu - la propagation du foyer de nécrose, ralentissant la formation de tissu cicatriciel avec une éventuelle rupture du muscle cardiaque, oblitérant l'endartérite.

Du système musculo-squelettique: faiblesse musculaire, myopathie stéroïdienne, perte de masse musculaire, ostéoporose, fracture de compression de la colonne vertébrale, nécrose aseptique de la tête du fémur et de l'humérus, fractures pathologiques des os longs.

A partir du tube digestif: ulcère stéroïdien avec perforation et saignement possibles, pancréatite, flatulence, œsophagite ulcéreuse, troubles digestifs, nausées, vomissements, augmentation de l'appétit.

De la peau: hyper- ou hypopigmentation, atrophie sous-cutanée et cutanée, abcès, rayures atrophiques, acné, cicatrisation retardée, amincissement de la peau, pétéchies et ecchymose, érythème, transpiration excessive.

A partir du système nerveux et des organes sensoriels: troubles mentaux tels que délire, désorientation, euphorie, hallucinations, dépression; augmentation de la pression intracrânienne avec syndrome du nerf optique congestif (pseudotumeur du cerveau - plus souvent chez les enfants, généralement après une réduction trop rapide de la dose, symptômes - maux de tête, aggravation de l'acuité visuelle ou double vision); troubles du sommeil, vertiges, vertiges, maux de tête; perte soudaine de la vision (avec administration parentérale dans la tête, le cou, la concha nasale, le cuir chevelu), la formation de cataractes sous-capsulaires postérieures, une augmentation de la pression intraoculaire avec des dommages possibles au nerf optique, le glaucome; exophtalmie de stéroïdes.

Réactions allergiques: généralisées (dermatite allergique, urticaire, choc anaphylactique) et locales.

Autre: faiblesse générale, masquage des symptômes de maladies infectieuses, évanouissement, sevrage.

Lorsqu'il est appliqué sur la peau: acné stéroïde, purpura, télangiectasie, brûlure et démangeaisons de la peau, irritation cutanée et sécheresse; avec une utilisation prolongée et / ou lorsqu'il est appliqué sur de grandes surfaces, des effets secondaires systémiques et le développement de l'hypercorticisme sont possibles (dans ces cas, la pommade est annulée); avec une utilisation prolongée de la pommade, il est également possible de développer des lésions cutanées infectieuses secondaires, des changements atrophiques, une hypertrichose.

Gouttes pour les yeux: en cas d'utilisation prolongée - augmentation de la pression intraoculaire, atteinte du nerf optique, formation de la cataracte sous-capsulaire postérieure, altération de l'acuité visuelle et rétrécissement du champ de vision (flou ou perte de vision, douleur oculaire, nausée, vertiges), avec amincissement de la cornée - risque de perforation; rarement - la propagation de maladies virales ou fongiques des yeux.

Interaction

Avec l'utilisation simultanée de prednisone et de glycosides cardiaques en raison d'une hypokaliémie, le risque de troubles du rythme cardiaque augmente. Les barbituriques, les antiépileptiques (phénytoïne, carbamazépine), la rifampicine accélèrent le métabolisme des glucocorticoïdes (en induisant des enzymes microsomales), affaiblissent leur effet. Les antihistaminiques affaiblissent les effets de la prednisone. Les diurétiques thiazidiques, l'amphotéricine B, les inhibiteurs de l'anhydrase carbonique augmentent le risque d'hypokaliémie sévère, les médicaments contenant du Na + - œdème et augmentation de la pression artérielle. Lors de l'utilisation de la prednisone et du paracétamol, le risque d'hépatotoxicité augmente. Les contraceptifs oraux contenant des œstrogènes peuvent altérer la liaison aux protéines et le métabolisme de la prednisolone, diminuant la clairance et augmentant la T1/2, améliorant ainsi les effets thérapeutiques et toxiques de la prednisone. Avec l'administration simultanée de prednisone et d'anticoagulants (dérivés de coumarine, indandion, héparine), l'effet anticoagulant de cette dernière peut être affaibli; la dose doit être clarifiée sur la base de la définition de PV. Les antidépresseurs tricycliques peuvent aggraver les troubles mentaux associés à la prise de prednisone, notamment la gravité de la dépression (ils ne doivent pas être prescrits pour le traitement de ces troubles). La prednisolone affaiblit l'effet hypoglycémiant des médicaments antidiabétiques oraux, l'insuline. Les immunosuppresseurs augmentent le risque d'infection, de lymphome et d'autres maladies lymphoprolifératives. Les AINS, l'acide acétylsalicylique, l'alcool augmentent le risque d'ulcère gastro-duodénal et de saignement du tube digestif. Lors de l'application de doses immunosuppressives de glucocorticoïdes et de vaccins contenant des virus vivants, de la réplication virale et du développement de maladies virales, une diminution de la production d'anticorps est possible (l'utilisation simultanée n'est pas recommandée). Lorsqu'il est utilisé avec d'autres vaccins, une augmentation du risque de complications neurologiques et une diminution de la production d'anticorps sont possibles. Augmente (avec une utilisation prolongée) la teneur en acide folique. Augmente la probabilité de perturbations métaboliques électrolytiques sur le fond des diurétiques.

Surdosage

Le risque de surdosage augmente avec l'utilisation prolongée de la prednisone, en particulier à fortes doses.

Symptômes: augmentation de la pression artérielle, œdème périphérique, augmentation des effets secondaires du médicament.

Traitement d'un surdosage aigu: lavage gastrique immédiat ou induction de vomissements, antidote spécifique non trouvé.

Traitement du surdosage chronique: la dose du médicament doit être réduite.

Voie d'administration

À l'intérieur, parentérale (in / in, in / m), intraarticulaire, extérieurement.

Précautions Substances Prednisone

Les glucocorticoïdes doivent être prescrits dans les plus petites doses et pendant le temps le plus court possible pour obtenir l'effet thérapeutique souhaité. Lors de la prescription, le rythme circadien de la sécrétion endogène de glucocorticoïdes doit être pris en compte: à 6 h à 8 h, la plus grande (ou la totalité) de la dose est prescrite.

En cas de situations stressantes, les patients sous corticothérapie se voient administrer une administration parentérale de corticostéroïdes avant, pendant et après une situation stressante..

S'il y a des antécédents d'indications de psychose, des doses élevées sont prescrites sous la stricte surveillance d'un médecin.

Pendant le traitement, en particulier avec une utilisation prolongée, la dynamique de croissance et de développement chez les enfants doit être soigneusement surveillée, la surveillance oculiste, la surveillance de la pression artérielle, l'équilibre hydroélectrolytique, la glycémie, des analyses régulières de la composition des cellules sanguines périphériques sont nécessaires.

L'arrêt soudain du traitement peut provoquer le développement d'une insuffisance surrénalienne aiguë; avec une utilisation prolongée, vous ne pouvez pas annuler soudainement le médicament, la dose doit être réduite progressivement. Avec une annulation soudaine après une utilisation prolongée, il est possible de développer un syndrome de sevrage, qui se manifeste par de la fièvre, des myalgies et des arthralgies, des malaises. Ces symptômes peuvent apparaître même si aucune insuffisance corticale surrénalienne n'est notée..

La prednisolone peut masquer les symptômes de l'infection, réduire la résistance à l'infection.

Pendant le traitement avec un collyre, il est nécessaire de contrôler la pression intraoculaire et l'état de la cornée.

Lors de l'application de la pommade chez les enfants à partir de 1 an, il est nécessaire de limiter la durée totale du traitement et d'exclure les mesures conduisant à une résorption et une absorption accrues (réchauffement, fixation et pansements occlusifs). Pour prévenir les lésions cutanées infectieuses, il est recommandé de prescrire une pommade à la prednisone en association avec des agents antibactériens et antifongiques..